< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >


En 1918, quand les Canadiennes sont autorisées pour la première fois à participer aux élections fédérales, Ellen Louks Fairclough (née Cook) a 13 ans. C’est une jeune fille «typique de la nouvelle ère» qui saisit bon nombre des chances qui s’offrent alors aux femmes. La vie d’Ellen Cook suivra une trajectoire extraordinaire puisqu’elle deviendra la première femme membre d’un cabinet ministériel fédéral au Canada.

Fairclough abandonne l’école en 8e année. Elle travaille déjà à mi-temps depuis l’âge de 12 ans. Pendant une brève période, au cours de la récession économique de 1921-1922, cause de chômage considérable à Hamilton (Ontario), sa ville natale, elle est le seul soutien de sa famille.  Ses racines ouvrières l’amèneront à poursuivre une carrière dans les affaires et elle sera l’une des premières femmes à devenir comptable agréé au Canada.

Fairclough triomphe de nombreuses difficultés; elle fait l’objet de discrimination au travail, surtout après son mariage avec Gordon Fairclough et la naissance de son fils, Howard. Elle est très active dans de nombreuses organisations bénévoles, siège au conseil municipal de la Ville d’Hamilton, et dirige une entreprise prospère pendant la Crise de 1929. 

Avant de faire carrière en politique, Fairclough a occupé des postes de direction dans de nombreuses organisations, dont l’Association des consommateurs du Canada, les Guides du Canada,, I.O.D.E.,  Zonta International. L’expérience qu’elle y a acquise lui servira lors qu’elle entrera en politique au niveau fédéral. Elle adhère au Parti conservateur et, le 15 mai 1950, lors d’une élection partielle pour la circonscription d’Hamilton West, est élue à la Chambre des communes.

Le Premier ministre G. Diefenbaker la nomme secrétaire d’État en 1957. Elle se fait remarquer pour ses talents oratoires, sa détermination et son énergie. En 1958, elle devient ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration. Elle est la première femme à assumer par intérim la fonction de Premier ministre du Canada (19-20 février 1958), et pour cette raison la reine Elizabeth II lui octroiera le titre de The Right Honourable le 1er juillet 1992. En 1962, elle introduit de nouvelles règles pour réduire la discrimination raciale dans les politiques en matière d’immigration, augmentant ainsi le nombre d’immigrants autorisés au Canada et apporte d’importants changements pour libéraliser la politique relative aux réfugiés.

Bien que sa carrière parlementaire prenne fin en 1963, Fairclough continue à s’intéresser à la politique et à la condition féminine. Elle appuie activement la législation sur la parité salariale et continue à assurer la place des Canadiennes dans le gouvernement en proposant la candidature de Kim Campbell à la tête du Parti progressiste-conservateur en 1993. Cette dernière deviendra la première, et la seule, femme Premier ministre du Canada. 

Le 16 avril 1980, Fairclough est nommée Officier de l’Ordre du Canada puis promue Compagnon le 1er mars 1995. Elle reçoit l’Ordre de l’Ontario, honneur le plus élevé de cette province, en 1996. Un immeuble à bureaux fédéral, au coin de McNab et de King Street, dans sa ville d’Hamilton, porte le nom d’Édifice Ellen Fairclough. Elle est décédée le 13 novembre 2004, quelques semaines seulement avant son centième anniversaire. En 2005, la Société canadienne des  postes a édité un timbre en son honneur.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >